Accueil du site > Les territoires > L’hivernage en Europe occidentale

L’hivernage en Europe occidentale

Au cours des migrations, les oiseaux font escale dans des milieux très variés qui viennent d’être décrits. Mais en hivernage proprement dit, ils se rassemblent sur les façades maritimes, les conditions climatiques y étant en général plus supportables. Des nombres considérables de bécassines hivernent dans les îles Britanniques, en France et dans la péninsule Ibérique.

Territoires d'hivernage

En Grande-Bretagne, elles fréquentent les prairies basses du sud de l’Angleterre, proches des baies et sillonnées de cours d’eau. Certaines années, des quantités importantes restent en Écosse et plus particulièrement aux Nouvelles-Hébrides. Dans les îles occidentales Tirée et Uist, les places, les plus favorables à l’hivernage, se situent parmi les roselières clairsemées, les iris aquatiques et les herbes rases avec des zones de sol dénudé.

Aux îles Shetland, les bécassines des Féroé hivernent sur les rivages marins et adoptent un rythme d’activité calqué sur celui des marées. A marée basse elles se nourrissent dans les herbiers de zostères et de laminaires ou même sur les vasières dénudées proches des prés salés. A marée haute, elles se remisent sur des zones émergées tout comme le feraient des limicoles de rivage.

En Irlande, on trouve les bécassines principalement dans les tourbières couvertes de joncs ou de bruyères mais aussi dans des prairies humides pacagées, des bords de lacs et parfois au milieu de pierres recouvertes de mousse dans des bois inondés, ce qui ne manque pas de surprendre.

Dans la péninsule Ibérique, Les bécassines hivernent dans les marais côtiers de l’Atlantique au fond des baies et des rias, dans la longue plaine côtière du Portugal arrosée par de nombreux cours d’eau, dans la vaste cuvette du delta du Guadalquivir ainsi que dans quelques localités disséminées au coeur des terres

En France, les bécassines hivernent principalement dans les vastes zones de marais et de pâture proches de la mer. On les trouve également dans des vallées inondables (Picardie, Cotentin, Basse-Loire, Marais breton et poitevin, marais du Blayais et du Médoc, barthes de l’Adour...). Ainsi que dans des régions constellées de plans d’eau (Dombes, Brenne, Sologne, Forez...). Enfin elles stationnent autour des lacs et des étangs aux rives marécageuses (étangs landais et girondins...), sur le bord des grands marais maritimes des baies et des estuaires, dans les deltas des fleuves au cours lent, dans les landes humides, dans les tourbières.